about us      latest news      people      boards      law review      key texts   •   links      contact      home
Law Review logo
Law Review

Montesquieu Law Review: Issue 2; July 2015 Special Edition: Privacy

Abstracts:
   

Right to respect for private life and the right to personal privacy: the case for an aggiornamento
Associate Professor Hubert Alcaraz, Université de Pau et des pays de l’Adour

While the French legal system is familiar with the right to respect for private life, this concept, forged as it was by private law at the same time as personality rights, carries with it a great deal of uncertainty. While the concept of private life retains its operative nature in sociology, its effectiveness in litigation has been drastically reduced today, particularly owing to the blurring of the line between public and private spheres. In order to renew and reinvigorate the right to respect for private life, it may be useful to have greater recourse to the concept of the right to personal privacy, where the intention is to protect a sphere of reserve for the individual. This is the right whereby those elements of a person’s life that, in principle, are unknown to third parties remain undisclosed. Not only may this right be readily identified, but it also offers safeguarding measures which are not hampered by the increasingly futile distinction between public and private spheres.

Droit au respect de la vie privée et droit au respect de l’intimité : plaidoyer pour un aggiornamento
Hubert Alcaraz, Maître de conférences en droit public HDR, Université de Pau et des pays de l’Adour

Bien que l'ordre juridique français soit familier du droit au respect de la vie privée, cette notion, forgée par le droit privé en même temps que les droits de la personnalité, comporte une forte part d'indétermination. Si le concept de vie privée conserve son caractère opératoire en sociologie, il voit son efficacité contentieuse aujourd'hui largement réduite, en particulier du fait de l'effacement des frontières entre espace public et espace privé. Dans un souci de rénovation et de dynamisation du droit au respect de la vie privée, il peut être utile de recourir davantage à la notion de droit au respect de l'intimité, dès lors que l'on entend protéger une sphère de réserve au bénéfice de l'individu. Il s'agit du droit à ce que demeurent non dévoilés les éléments de la vie personnelle de l'individu qui, en principe, ne sont pas connus des tiers. Non seulement ce droit peut être opportunément identifié mais il offre des mécanismes de sauvegarde qui ne sont pas handicapés par la distinction désormais vaine entre espace public et espace privé.

back
top
 
Criminal provisions for the protection of privacy: between the archaic and the ineffective
Associate Professor Mikaël Benillouche, Faculty of Law & Political Science, University of Amiens

The protection of privacy is proving to be a particularly arduous task owing to the development of new technologies. Thus intrusive technical measures have proliferated while social media transmit data that falls within the remit of private life. Faced with such a phenomenon, criminal law may prove effective owing to a number of factors. Firstly, the existing measures are rooted in Law n° 70-643 of 17 July 1970, which tends to reinforce the guarantee for the individual rights of citizens. This has aged somewhat and the various offences are now difficult to apply in the context of new technologies. Next, the principle of the strict interpretation of criminal law prevents any possibly of proceeding by analogy and thus convict individuals who have objectively invaded the privacy of others if the constitutive elements of the offences have not all been committed. Lastly, an issue of jurisdiction and effectiveness arises. In this way, French law does not necessarily have jurisdiction to hear cases involving acts allegedly committed outside France. Moreover, even where a French court decided to punish an invasion of privacy, the enforcement of such a sanction may come up against the difficulty of identifying the perpetrator.

Les dispositions pénales protectrices de la vie privée : entre archaïsme et inefficacité
Mikaël Benillouche, Maître de conférences HDR, Faculté de droit et de science politique d’Amiens

La protection de la vie privée s’avère être une tâche particulièrement ardue, en raison de l’évolution des nouvelles technologies. Ainsi, les dispositifs techniques intrusifs se multiplient tandis que les réseaux sociaux véhiculent de nombreux éléments relevant de la vie privée. Face à ce phénomène, le droit pénal peut s’avérer être inefficace et ce, en raison de plusieurs facteurs. Tout d’abord, le dispositif existant puise son origine dans la loi n° 70-643 du 17 juillet 1970 tendant à renforcer la garantie des droits individuels des citoyens. Or, celle-ci a quelque peu vieilli et les incriminations sont désormais difficilement applicables dans le cadre des nouvelles technologies. Ensuite, le principe d’interprétation stricte de la loi pénale empêche de procéder par analogie et donc de condamner des individus qui objectivement auraient porté atteinte à la vie privée si les éléments constitutifs des infractions n’ont pas été effectivement tous commis. Enfin, un problème de compétence et d’effectivité se pose. Ainsi, le droit français n’est pas nécessairement compétent pour juger des agissements qui seraient commis hors de France. Plus encore, même si une juridiction française décidait de sanctionner une atteinte, son exécution pourrait se heurter à des obstacles pratiques et notamment la difficulté d’identifier l’auteur de l’atteinte.

back
top
 
The right to respect for private life: an effective tool in the right to be forgotten?
Associate Professor Maryline Boizard, Faculty of Law & Political Science, University of Rennes 1

Long confined to the fields of artistic creation and journalism, the right to be forgotten has now taken on a much broader and utterly unprecedented dimension. This situation is in direct correlation with three factors: the development of digitization techniques which allow significant amounts of data to be stored; the internet, which has democratized access a large part of the data stored; and lastly, the use of search engines, which gives real access for all to such data.

While the right to be forgotten has traditionally be considered as one of the counterparts of private life, this argument is increasingly irrelevant in the age of the digital environment and social media. In order to be protected by the right to respect for private life, a given act or data must fall within the scope of private life. An examination of case law shows that the right to be forgotten is not confined to the private life of individuals. Furthermore, the time criterion, which is an essential element of the right to be forgotten, is alien to the right to respect for private life. The argument is thus supplanted by measures for the protection of personal data, the full potential of which was demonstrated by the European Court of Justice with regard to the problem of search engines and the right to be forgotten, in particular.

Le droit au respect de la vie privée, un instrument effectif du droit à l’oubli ?
Maryline Boizard, Maître de conférences HDR, IODE UMR CNRS, Faculté de Droit et de science politique, Université de Rennes 1

Longtemps cantonné au domaine de la création artistique et de l’activité journalistique, le droit à l’oubli prend aujourd’hui une dimension beaucoup plus large et totalement inédite. Cette situation est en corrélation directe avec trois facteurs : le développement des techniques de numérisation qui permettent de stocker un nombre considérable de données, Internet qui a démocratisé l’accès à une grande partie des données stockées et enfin, l’activité des moteurs de recherche qui permet à tous une accessibilité réelle à ces données.

Si traditionnellement, le droit à l’oubli est perçu comme l’un des pendants du droit au respect de la vie privée, ce fondement est de moins en moins pertinent à l’ère du numérique et des réseaux sociaux. En effet, pour être protégés par le droit au respect de la vie privée, un fait, une donnée doivent relever de la vie privée. Or, l’examen de la jurisprudence démontre que le droit à l’oubli n’est pas cantonné à la vie privée des individus. En outre, le critère temporel, composante incontournable du droit à l’oubli, est étranger au droit au respect de la vie privée. Ce fondement se trouve ainsi supplanté par le dispositif de la protection des données à caractère personnel dont la CJUE a su démontrer toutes les potentialités au regard de la problématique du droit à l’oubli et des moteurs de recherche, notamment.

back
top
 
The right to private life: twenty years of constitutional recognition
Estelle Bomberger, Lecturer, Sciences Po and the Institut Catholique de Paris

Since the works of Benjamin Constant and de Tocqueville, private life has been directly linked to the individual and the exercise of his freedoms. However, it took until the Law of 17 July 1970 for the principle stating that "everybody has the right to respect for his private life" to be included in the Civil Code. It is on that foundation, but also influenced by the Universal Declaration of Human Rights or the European Convention on Human Rights that constitutional recognition could then erected.

In 1995, the Constitutional Council based the protection of private life on Article 66 of the Constitution, thus considering it as an extension of individual freedom. Then, in 1998, it firmly established that protection on the basis of article 2 of the Declaration of Human Rights, thus enshrining its autonomy.

Today, the right to private life is faced with new, and in particular technological demands, and raises the question of the processing of personal data. The Council’s case law links private life with video-surveillance procedures or those relating to the use of personal data.

Most of the time, the legislature presents these tools as elements at the service of public security, blurring the lines of private life and making them more porous. Security and economic development imperatives have now accumulated, forcing new developments in the constitutional protection afforded to private life, making it less restrictive and absolute.

Le droit à la vie privée : 20 ans d'une reconnaissance constitutionnelle
Estelle Bomberger, Docteur en Sciences politiques, Chargée d'enseignement à Sciences Po et à l'Institut Catholique de Paris

Depuis les travaux de Benjamin Constant et de Tocqueville, la vie privée est directement liée à l'individu et à l'exercice de ses libertés. Pourtant il faut attendre la loi du 17 juillet 1970 pour que soit inséré dans le Code civil le principe selon lequel "chacun a droit au respect de sa vie privée". C'est en s'appuyant sur ce fondement, mais également sous l'influence de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme ou la Convention Européenne des Droits de l'Homme qu'une reconnaissance constitutionnelle va ensuite pouvoir s'ériger.

En 1995, le Conseil constitutionnel fonde la protection de la vie privée sur l'article 66 de la Constitution, la considérant ainsi comme une extension à la liberté individuelle. Puis en 1998, il l'assoit définitivement sur l'article 2 de la Déclaration des Droits de l'Homme, consacrant à cette occasion, son autonomie.

Aujourd'hui, ce droit est confronté à de nouvelles exigences, notamment technologiques et pose la question du traitement des données personnelles. La jurisprudence du Conseil rattache alors à la vie privée, les procédés de vidéosurveillance ou ceux relatifs à l'utilisation des données personnelles.

La plupart du temps le législateur présente ces instruments comme des éléments au service de la sécurité publique, rendant ainsi les contours de la vie privée plus flous et plus poreux. Impératifs de sécurité et développement économique se cumulent désormais pour faire évoluer la protection constitutionnelle et la rendre moins contraignante et absolue.

back
top
 
Privacy and political assassinations in France during the Trois Glorieuses: the meanderings of Orleanism
Associate Professor Sophie Delbrel, University of Bordeaux

By the end of the Trois Glorieuses, the setting side of the House of Bourbon marked the dawn of a new era. In this respect, popular literature, in spite of its heterogeneous nature, prepared then strengthened the accession of Louis-Philippe. The very persons of Charles X, the former king, and of his entourage became the targets of sustained attacks. Genuine political assassinations took place, laying bare the private lives – real or supposed – of public figures. The phenomenon was a reflection is social change, in which private life occupied a much more significant place. Orleanism thus undermined Charles X and his ministers, who were directly responsible for the popular uprising as well as its repression. The virulence of the statements made as to the human and intellectual qualities of the old political leaders was equalled only by the violence of the blows struck against the reputation of the young Duke of Bordeaux. By denying all legitimacy to Charles X’s heir, Orleanism undermined the notion of royalty in France in an enduring way, which was not the least of its paradoxes.

Vie privée et assassinats politiques dans la France des Trois Glorieuses: des méandres de l’Orléanisme
Sophie Delbrel, Maître de conférences HDR, Université de Bordeaux

A l’issue des Trois Glorieuses, la mise à l’écart des Bourbons marque l’entrée dans une nouvelle ère. A cet égard, la littérature populaire, en dépit de son caractère hétérogène, tend à préparer puis à fortifier l’avènement de Louis-Philippe. Ainsi, les personnes mêmes de Charles X, l’ancien roi, mais aussi de ses proches, deviennent la cible d’attaques nourries. S’opèrent de véritables assassinats politiques avec l’étalage de la vie privée, réelle ou supposée, de personnages publics. Le phénomène reflète un changement de société, dans laquelle la vie privée occupe une place de plus en plus importante. L’orléanisme aboutit de la sorte à jeter le discrédit sur Charles X et ses ministres, directement responsables du soulèvement populaire comme de sa répression. La virulence des propos relatifs aux qualités humaines et intellectuelles des anciens responsables politiques n’a d’égale que la violence des coups portés à la réputation du petit duc de Bordeaux. En déniant toute légitimité à l’héritier de Charles X, l’orléanisme sape durablement l’idée de royauté en France, ce qui n’est pas le moindre de ses paradoxes.

back
top
 
Privacy and the disclosure of administrative documents: a well-guarded secret?
Marie-Odile Diemer, Lecturer, University of Bordeaux

The administration has an exceptional database relating to the lives of citizens. Civil status, assets and financial situation or even a person’s medical situation are grouped together in administrative documents. Citizens must therefore have some assurance that their personal data is safe from third parties whilst having access to those documents themselves. However, they face a number of obstacles. On the one hand, the administration also protects its own secrets; this is the case for military secrets in particular. Such administrative secrets can prove to be genuine impediments to the law of evidence during a trial. On the other hand, the legislative and regulatory edifice in this field can make access to this data difficult, and citizens must then go through a number of procedures before obtaining the documents requested.

The purpose of the legislative and regulatory provisions relative to the disclosure of administrative documents is part of a precise objective, which is to strike a balance between administrative transparency and the protection of privacy. That balance seems difficult to achieve when faced with the new technologies revolutionising the modalities for accessing personal data and overshadowing confidentiality requirements. The legislature, courts and independent administrative authorities must attempt to reconcile all of these issues.

Vie privée et communication des documents administratifs : un secret suffisamment bien gardé ?

Marie-Odile Diemer, Docteur en droit, Université de Bordeaux

L’administration dispose d’une exceptionnelle base de données concernant la vie de ses administrés. Etat civil, situation patrimoniale ou encore situation médicale sont regroupés dans des documents qui sont administratifs. Vie administrative et vie privée sont ainsi étroitement reliées. Les administrés doivent alors être assurés de voir protéger leur données personnelles vis-à-vis des tiers et bénéficier parallèlement d’un accès à ces documents. Mais se dressent devant eux de nombreux obstacles. D’une part, l’administration protège également ses secrets, c’est le cas du secret défense notamment. Ces secrets administratifs peuvent se révéler comme de véritables barrages au droit de la preuve lors d’un procès. D’autre part, l’édifice législatif et réglementaire en la matière peut rendre difficile l’accès à ces données et l’administré doit alors passer par de multiples procédures avant de pouvoir obtenir les documents réclamés.

Le but des dispositions légales et réglementaires concernant la communication des documents administratifs s’inscrit cependant dans un objectif précis qui est de trouver un juste équilibre entre transparence administrative et protection de la vie privée. Cet équilibre semble pourtant difficile à trouver face aux nouvelles technologies qui révolutionnent les modalités d’accès aux données personnelles et font perdre de vue l’exigence du secret. Législateur, juge et autorité administrative indépendante tentent concilier tous ces enjeux.

back
top
 
The war on terror and the protection of personal data
Professor Philippe Ch.-A. Guillot, Professor of International Relations, French Air Force Academy

The terrorist attacks that took place in Paris in January 2015 have reopened the debate on passenger name records (PNRs), files created by airlines for each flight booked by a passenger – highly intrusive in terms of privacy as they concern data of a personal nature. Counter-terrorism co-operation between Europe and the United States must reconcile conflicting approaches, as illustrated by the events surrounding PNRs and the Society for Worldwide Interbank Financial Transactions – Terrorist Finance Tracking Program (SWIFT-TFTP) agreements, which have caused conflict at the very heart of European Union institutions owing, on the one hand, to differences of perspective on the concessions to be made by the Commission and the Council; and, on the other hand, those to be made by the Court of Justice and the European Parliament. This inter-institutional opposition has prevented the adoption of a European PNR, but France has decided to develop a national PNR. On a European and French level, other measures to prevent terrorism threaten privacy through the widespread surveillance and collection of personal data.

Lutte contre le terrorisme et protection des données personnelles
Philippe Ch.-A. Guillot. Professeur de relations internationales à l’École de l’Air

Les attentats parisiens de janvier 2015 ont relancé le débat sur les dossiers de passagers aériens (Passenger Name Records), très intrusifs en matière de vie privée puisqu’ils concernent des données personnelles. La coopération anti-terroriste entre l’Europe et les États-Unis doit concilier des approches contradictoires, ainsi que l’illustrent les péripéties entourant les accords euro-américains sur les PNR mais aussi ceux sur les messageries bancaires (accords Society for Worldwide Interbank Financial Transactions – Terrorist Finance Tracking Program), lesquels ont généré un conflit au sein même des institutions de l’Union européenne du fait des différences d’appréciation sur les concessions à faire par la Commission et le Conseil, d’une part, et, d’autre part, par la Cour de justice et le Parlement. Cette opposition interinstitutionnelle a, pour l’instant, empêché l’adoption d’un PNR européen, mais la France a décidé d’élaborer un PNR national. Au niveau de l’Union européenne comme de la France, d’autres mesures de prévention du terrorisme menacent la vie privée par la surveillance et la collecte généralisées de données personnelles.

back
top
 
The personal life of the employee versus the interests of the company
Associate Professor Chantal Mathieu, University of Franche-Comté

The fundamental rights of the employee, and the right to respect for private life in particular, have become more entrenched in labour relations. However, in the event of conflict, the French legal system often authorises the employer to allow the interest of the company to prevail over the choices the employee makes in his personal life. Consequently, the identification of that interest is essential to the protection of the employee’s rights. This paper highlights the two lines of argument currently admitted by the courts: the smooth running of the business and company safety. The smooth running of the business once ran the risk of being a subjective reference, allowing the employer systematically give precedence to company interests (as conceived by the employer) to the detriment of the employee’s personal life. The objective reading handed down by the Court of Cassation prevents that drift. Conversely, safety becomes an authority argument easily justifying an extension of the employer’s disciplinary power, be it at work or outside of work. An examination of the objectivity of the arguments put forward is necessary so as to prevent the employer from artificially linking any and all behaviour on the part of the employee to company safety.

La vie personnelle du salarié confrontée à l’intérêt de l’entreprise
Chantal Mathieu, Maître de conférences HDR, Université de Franche-Comté

Les droits fondamentaux du salarié, en particulier le droit au respect de la vie privée, se sont affermis dans les relations de travail. Pourtant, en cas de conflit, l’ordre juridique habilite souvent l’employeur à faire prévaloir l’intérêt de l’entreprise sur les choix de vie personnelle du salarié. Dès lors, l’identification de cet intérêt est essentielle à la protection des droits du salarié. La présente étude met en évidence les deux registres d’arguments recevables : le bon fonctionnement de l’activité et la sécurité de l’entreprise. Le bon fonctionnement de l’activité risquait d’être une référence subjective, permettant à l’employeur de faire systématiquement primer l’intérêt de l’entreprise tel qu’il le conçoit au détriment de la vie personnelle du salarié. La lecture objective qu’en livre la Cour de cassation évite cette dérive. A l’inverse, la sécurité devient un argument d’autorité justifiant aisément une extension du pouvoir disciplinaire de l’employeur et ce, que ce soit au travail ou hors travail. Un contrôle de l’objectivité des arguments avancés est nécessaire pour que l’employeur ne rattache pas artificiellement tout comportement du salarié à un risque pour la sécurité de l’entreprise.

back
top
 
Privacy and ethics
Associate Professor Olivier Pluen, Université des Antilles et de la Guyane

While deontological ethics has been all the rage in France over recent years, which has led it to exceed the usual sphere of the regulated professions and extend to other areas, a question arises as to the way in which such a morally- and ethically-inspired regulation method (sometimes seen as "invasive") interacts with the private life of professionals and persons forming the subject of their activities. Ethics, the judicial status of which is currently being debated, would appear to make a mockery of the legal hierarchy. Private life has full constitutional value. The aim of this paper is to shed light on these relations in the current state of French law. As this article will seek to show, a professional whose activities are subject to a code of ethics is bound by a duty to be exemplary in his private life (e.g. magistrates and judges) and by another duty to respect that of others (e.g. journalists). This relationship is nevertheless made more complex by the fact that such regulation, which maintains a tenuous link of complementarity with the law, is also likely to be seen as a Trojan horse in private life, in the former case; and, in the latter case, equally likely to yield an overriding public interest (such as maintaining law and order) or even to itself when justified.

Vie privée et déontologie
Olivier Pluen, Maître de conférences HDR, Université des Antilles et de la Guyane

Tandis que la déontologie connaît depuis quelques années en France un engouement qui la conduit à dépasser le domaine traditionnel des professions réglementées, pour investir de nouveaux champs d’application, se pose la question de la manière dont ce mode de régulation d’inspiration morale et éthique, parfois regardé comme « invasif », interagit avec la vie privée des professionnels ou des personnes sujettes à leur activité. La déontologie, dont la juridicité est sujette à débat, paraît se jouer de la hiérarchie des normes. La vie privée, elle, est dotée d’une pleine valeur constitutionnelle. L’objet de la présente contribution est d’apporter un éclairage sur ces relations en l’état du droit français. Ainsi que cherche à le démontrer cet article, le professionnel soumis à une déontologie est tenu, tantôt à un devoir d’exemplarité dans sa vie privée (magistrats,…), tantôt à l’obligation de respecter celle des autres (journalistes,…). Ce rapport est cependant rendu plus complexe par le fait que cette régulation, qui entretient un lien ténu de complémentarité avec le droit, est également susceptible de s’analyser comme un « cheval de Troie » de la discipline dans la vie privée, dans le premier cas, et de céder devant un impératif d’intérêt général tel que la préservation de l’ordre public, voire devant elle-même lorsqu’elle le justifie, dans le second.

back
top
 
Invasions of privacy via the internet: aspects of private international law
Associate Professor Jean Sagot Duvauroux
, University of Bordeaux

The expansion of the internet has brought with it a higher degree of complexity in private international law solutions as regards invasions of privacy. In effect, this branch of law usually rests on the location of legal situations, based on one of the elements of the same. The dematerialization of media that could potentially invade a person’s privacy renders that location more difficult to identify. It has therefore been necessary to adapt private international law’s usual solutions. Despite a certain amount of creative work done by French and European courts, there remains a great deal of uncertainty in positive law. The same may also be said for matters of conflicts of jurisdiction and conflicts of laws.

Atteintes à la vie privée par Internet : aspects de droit international privé

Jean Sagot Duvauroux, Maître de conférences HDR, Université de Bordeaux

Le développement du réseau internet a entraîné une complexification des solutions de droit international privé en ce qui concerne les atteintes à la vie privée. En effet, cette branche du droit repose traditionnellement sur la localisation des situations juridiques à partir de l’un des éléments de celles-ci. Or, la dématérialisation des supports d’information potentiellement attentatoires à la vie privée rend cette localisation plus difficile. Ainsi, une adaptation des solutions traditionnellement retenues en droit international privé a été nécessaire. Malgré une œuvre créatrice certaine des juridictions françaises et européennes, de nombreuses incertitudes demeurent en droit positif. Ceci est d’ailleurs vrai tant en matière de conflit de juridictions (I) que dans le domaine des conflits de lois (II).

back
top
 
Transparency in public life and respect for private life
Associate Professor Messaoud Saoudi, Université Lumière Lyon II

Reconciling transparency in public life and respect for private life appears to be the objective pursued by the French laws of 11 October 2013 on transparency in public life, at the very least in their provisions relating to the duty to declare interests and assets imposed on individuals in public office or in charge of a public service mission.

These Laws, inspired by the common-law concept of accountability in the sense of transparency and responsibility, aim to promote a simple code of ethics for government, thus revealing the limits of the law where, through these provisions which concern private life, it is a question of providing a framework for and sanctioning the status and role of government representatives and their associates.

While the right to respect for private life is precisely defined in the relevant legislation (5Law of 17 July 1970 as codified under Article 9 of the Civil Code) and interpreted in Constitutional Council case law, the same cannot be said for the concept of transparency in public life, the content of which remains unclear and limited in scope. Only practice and the concrete implementation of supervision and sanction procedures relating to declarations of assets and interests will demonstrate the effectiveness or otherwise of having instituted the High Authority for Transparency in Public Life (HATVP), an autorité administrative indépendante or AAI (independent administrative authority) in charge of “making the administration more ethical” and “restoring public confidence”.

Transparence de la vie publique et respect de la vie privée
Messaoud Saoudi, Maître de conférences HDR, Université Lumière Lyon II

Concilier transparence de la vie publique et respect de la vie privée semble être l'objectif poursuivi par les lois organique et ordinaire du 11 octobre 2013 relatives à la transparence de la vie publique du moins dans leurs dispositions relatives à l'obligation de déclaration d'intérêts et de patrimoine imposées aux personnes exerçant un mandat politique ou en charge d'une mission de service public.

Ces lois, qui s'inspirent de la notion anglo-saxonne d' « accountability » au sens à la fois de transparence et de responsabilité, visent à promouvoir une simple déontologie des gouvernants montrant ainsi les limites du droit dès lors qu'il s'agit, à travers ces dispositions intéressant la vie privée, d'encadrer et de sanctionner le statut et le rôle des représentants des pouvoirs publics et de leurs collaborateurs.

Si le droit au respect de la vie privée est précisément défini par les textes (loi du 17 juillet 1970 codifiée à l'Art. 9 du Code civil) et interprété par la jurisprudence du Conseil constitutionnel, il ne semble pas de même de la notion de transparence de la vie publique au contenu assez vague et à la portée juridique peu contraignante. Seule la pratique et la mise en œuvre concrète de la procédure de contrôle et de sanction des déclarations de patrimoine et d'intérêts révèleront l'efficacité ou non d'avoir institué une Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), autorité administrative indépendante (AAI) chargée de « moraliser la vie politique » et de « renouer la confiance publique».

back
top
 
The fatal metamorphoses of image rights
Professor Isabelle Tricot-Chamard, Kedge Business School, Bordeaux

The history of image rights, whist recent, is nevertheless tumultuous. After more than a hundred years of prevarication, the Court of Cassation only enshrined the existence of such rights and specified the rules applicable to those non-proprietorial rights at the end of the 20th century. This result, which is part of a wider trend favouring the protection of personality by the individual, has however been called into question over the last ten years. The right to control over one’s own image, a legal tool allowing individuals to defend their moral interests, is now the subject of serious regression. Emerging as it has in response to advances in communication – potentially prejudicial to the individual concerned – it is being killed by the latter’s omnipresence in modern society. This paper seeks to examine this decline through the developments in French case law, widely influenced by those in European law.

Les métamorphoses mortifères du droit à l'image
Isabelle Tricot-Chamard, Professeur, Kedge Business School, Bordeaux

L'histoire du droit à l'image, bien que récente, n'en est pas moins tumultueuse. Après plus de cent ans d'hésitations, la Cour de cassation n'a véritablement consacré l'existence et précisé le régime de ce droit extrapatrimonial qu'à la fin du XXème siècle. Cet aboutissement, inscrit dans un mouvement favorable à la protection de sa personnalité par l'individu, est cependant remis en cause depuis une dizaine d'années. Le droit de maîtriser son image, instrument juridique permettant à la personne la défense d'intérêts moraux, est en effet l'objet d'une sérieuse régression désormais. Né en réaction au développement de la communication - potentiellement préjudiciable pour l'individu qui en est l'objet - il se meurt de l'omniprésence de celle-ci dans la société contemporaine. L'article se propose d'analyser ce déclin au travers des évolutions de la jurisprudence française, largement influencées par celles des droits européens.

back
top
 
   
All rights reserved © Montesquieu Law Review 2014-2015