about us      latest news      people      boards      law review      key texts   •   links      contact      home
Law Review logo
Law Review

Montesquieu Law Review: Issue 5; March 2017

Abstracts:
   

Administrative law
Soft law in the hands of the courts
Professor Aude Rouyère, University of Bordeaux

Normative tools used by administrative authorities are diversifying in response to new tasks. So-called “soft law” is intended to regulate behaviour in a less restrictive manner than the traditional decisional administrative act, and thinking outside the box of simple regulation. The administrative courts had initially refused to review acts actions falling within such a normative project, but they have gradually allowed appeals against some of these acts. Recommendations, which had remained outside the scope of any judicial review, have recently been the subject of a remarkable development in French case law. It is now possible, under certain conditions, to seek judicial review of such acts marked by a singular legislative technique used particularly in regulations.


Droit administratif
Le droit souple entre les mains du juge
Aude Rouyère

Les outils normatifs utilisés par les autorités administratives se diversifient en réponse à de nouvelles missions. Le droit dit souple vise à encadrer les comportements de manière moins contraignante que celle de l’acte administratif décisoire classique, sortant ainsi des sentiers battus de la simple réglementation. Le juge administratif qui avait d’abord refusé d’examiner les actes s’inscrivant dans un tel projet normatif, a progressivement accueilli les recours contre certains de ces actes. Les recommandations encore tenues à l’écart de tout contrôle de légalité viennent de faire l’objet d’une évolution jurisprudentielle remarquable. Il est désormais possible dans certaines conditions, de former des recours pour excès de pouvoir contre ces manifestations caractérisées d’une technique normative singulière utilisée notamment en matière de régulation.

back
top
 

Business law
The contributions to company law made by the loi Macron of 6 August 2015
Jean-Christophe Pagnucco

The fruit of a genuine parliamentary marathon, amidst a campaign that has largely divided opinion and mobilised the professions affected by the forthcoming reform, Law N° 2015-990 of 6 August 2015 for growth, activity and equality of economic opportunity (known as the loi Macron) was published in the French Parliament's Journal officiel on 7 August. This Law, presented as the spearhead of a series of reforms to stimulate France's economy while maintaining its social model, is striking in terms of the extreme fragmentation of its provisions, which affect French company law in a way that is most often piecemeal but also radical at times. This kind of fragmentation is such that we may only present its contributions in summary form in this paper.



Droit des affaires
«Les apports de la loi Macron du 6 août 2015 au droit des sociétés
Jean-Christophe Pagnucco

Fruit d’un véritable marathon parlementaire, sur fond d’une campagne qui a amplement divisé l’opinion et mobilisé les différentes professions impactées par la future réforme, la loi n° 2015-990 du 6 août 2015 pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques, dite loi Macron, a été publiée au Journal officiel du 7 août dernier. Cette loi, présentée comme le fer de lance d’une série de réformes destinées à stimuler l’économie de la France tout en préservant son modèle social, frappe par l’extrême fragmentation de ses dispositions, lesquelles atteignent le droit des sociétés, de façon le plus souvent parcellaire mais aussi parfois radicale. Cette fragmentation impose, dans le cadre de la présente étude, de ne livrer qu’une présentation synthétique de ses apports en la matière.

back
top
 

Criminal law
End of life and criminal law
Murielle Bénéjat-Guerlin

Euthanasia has not been legalised in France and involves the application of several types of offences. However, the loi Léonetti of 22 April 2005 and the Law of 2 February 2016 extend the rights of patients at end of life and are apt to invite a reconsideration of the judicial interpretation of the relevant offences.


Droit pénal
Fin de vie et droit penal
Murielle Bénéjat-Guerlin

L’euthanasie n’est pas légalisée en France et entraîne l’application de plusieurs types d’infraction. Toutefois, la Loi Léonetti du 22 avril 2005 et la Loi du 2 février 2016 étendent les droits des personnes en fin de vie et invitent à revenir sur l’interprétation judiciaire des incriminations applicables.

back
top


Criminal law
Life imprisonment and terrorism: the consolidation of a repressive subsystem
Amane Gogorza

The Law of 3 June 2016 strengthening the fight against organised crime, terrorism and the funding thereof, and improving criminal procedural safeguards and effectiveness extended full-life tariffs to terrorist offences. As part of the fight against radicalisation, the move was expected. The strictness of the rules accompanying the measures does, however, give rise to a number of reservations, as it strengthens and consolidates the workings of a real repressive subsystem right into the closing stages of the criminal process.

Droit pénal
Perpétuité et terrorisme : consolidation d'un sous-système répressif
Amane Gogorza

La loi du 3 juin 2016 renforçant la lutte contre le crime organisé, le terrorisme et leur financement, et améliorant l'efficacité et les garanties de la procédure a étendu le mécanisme dit de perpétuité réelle aux infractions terroristes. Inscrite dans le sillage de la lutte contre la radicalisation, la mesure était attendue. La rigueur du régime qui l’accompagne n’en suscite pas moins des réserves, tant elle vient renforcer et consolider, jusque dans la phase ultime du processus pénal, les rouages d’un véritable sous-système répressif.

back
top


Criminal law
State of emergency and criminal law
Marion Lacaze

The declaration of the "state of emergency", following the attacks of 13 November 2015, thoroughly undermined the traditional boundaries of French criminal law. Recourse to special administrative police measures has, in fact, raised questions as to the division of powers between the two court orders. The sidelining of the ordinary courts in reviewing those measures has become the subject of numerous debates on the French conception of the separation of powers. While decisions handed down by the Constitutional Council have served to provide a basis for describing the measures as administrative, a great deal of uncertainty remains as to how administrative and judicial police forces are linked in the fight against terrorist threats. The protected monopoly held by the judicial order in the prosecution and judgment of such offences is in fact accompanied by a return of the criminal courts in assessing the lawfulness of administrative measures at the root of criminal proceedings. The lack of any specific legislative framework for the state of emergency raises unprecedented difficulties, from both a theoretical and a practical point of view, as regards the implementation of such a review.

Droit pénal
Etat d’urgence et droit pénal
Marion Lacaze

La déclaration de « l’état d’urgence », au lendemain des attaques du 13 novembre 2015, a profondément ébranlé les frontières traditionnelles de la matière pénale. Le recours à des mesures de police administrative spéciales a, en effet, conduit à interroger la répartition des compétences au sein des deux ordres de juridictions. L’éviction du juge judiciaire dans le contrôle de ces mesures a ainsi fait l’objet de nombreux débats autour de la conception française de la séparation des pouvoirs. Or si les décisions rendues par le Conseil constitutionnel ont permis de donner une assise à la qualification administrative de l’ensemble des mesures, de nombreuses incertitudes demeurent quant à l’articulation des polices administrative et judiciaire dans la lutte contre le risque terroriste. Le monopole préservé de l’ordre judiciaire dans la poursuite et le jugement de ces infractions s’accompagne en effet d’un retour du juge pénal pour apprécier la légalité des mesures administratives à l’origine de la procédure pénale. Or l’absence d’encadrement législatif spécifique à l’état d’urgence soulève des difficultés inédites, tant d’un point de vue théorique que pratique, quant à la mise en œuvre d’un tel contrôle.

back
top
 

European law (ECHR)
The delicate issue of criminalising revisionism in a democratic, pluralistic society
Marion Tissier and Prof. David Scymczak

How to reconcile respect for freedom of expression - a basic freedom in a democratic, pluralistic society - and the fight against revisionist discourse which attacks the very foundations of democracy? The Grand Chamber of the ECHR has, in Perinçek, and the French Constitutional Council, in Vincent A., recently grasped this thorny issue. While the former specifically concerned the lawfulness of penalties imposed on Mr Perinçek for denying the Armenian genocide, while the latter turned on the constitutionality of the offence of Holocaust denial introduced by the “loi Gayssot”, there was the underlying issue of differences in the handling of the lawfulness of punishing statements challenging the Armenian Genocide and those denying the Holocaust. On the merits, the solutions developed reflect the reciprocal influences between the ECHR and the Constitutional Council. Thus, the ECHR and the Constitutional Council recalled the principle of restrictive interpretation of interference with freedom of expression through criminal sanctions, limited solely to hate speech, falling within the scope of qualified denial. They also recognised the specificity of Holocaust denial, which must invariably be qualified as hate speech. However, attached to the jurisprudential principle that had emerged in a 2012 decision, the Constitutional Council has moved away from legal grounds established by the ECHR and reiterated its principled opposition to the punishment of statements challenging the Armenian genocide.


Droit Européen (CEDH)
La délicate question de la pénalisation des propos négationnistes dans une société démocratique et pluraliste
Marion Tissier et Prof. David Scymczak

Comment concilier le respect de la liberté d’expression, liberté matricielle dans une société démocratique et pluraliste, et la lutte contre les discours négationnistes qui s’attaquent aux fondements même de la démocratie ? C’est à cette épineuse question que la Grande Chambre de la CEDH, dans l’arrêt Perinçek, et le Conseil constitutionnel français, dans sa décision Vincent R., ont récemment répondu. Si la première portait précisément sur la légalité des sanctions pénales infligées à M. Perinçek pour avoir contester le génocide arménien, et la seconde sur la constitutionnalité du délit de contestation de l’Holocauste, introduit par la loi « Gayssot », la question de la différence de traitement entre la légalité de la répression des propos contestant le génocide arménien et ceux niant l’Holocauste était sous-jacente dans ces deux affaires. Sur le fond, les solutions développées témoignent des influences réciproques entre la CEDH et le Conseil constitutionnel. Ainsi, la CEDH et le Conseil constitutionnel ont rappelé le principe d’une interprétation restrictive des ingérences dans la liberté d’expression par le biais de sanctions pénales, limitées aux seuls discours de haine, relevant de la catégorie du négationnisme qualifié. Ils ont aussi reconnu la spécificité de la négation de l’Holocauste, qui doit invariablement être qualifié comme un discours de haine. Toutefois, attaché aux principe jurisprudentiels qu’il avait dégagés dans une décision de 2012, le Conseil constitutionnel s’est éloigné des motifs de droit dégagés par la CEDH et rappelé son opposition de principe à la répression des propos contestant le génocide arménien.

back
top
 

Legal history
Zola, La Bête humaine and the scourge of justice
Sophie Delbrel

La Bête humaine, this novel set against the backdrop of France’s railways, is also a novel about the law. Judges and their entourage may only be secondary characters, but their descriptions are carefully picked out and nevertheless make up an engrossing tableau of justice at the end of the Second Empire. Zola reveals its quintessence, namely the considerable reliance on the political powers. The judicial balance is thus skewed from the outset. This aspect reflects the problems of judicial recruitment and careers, both of which remained unresolved by the Third Republic at the time when Zola was writing La Bête humaine. The judiciary finds itself unable to give genuine justice, considering the latter to be the result of the satisfactory treatment of defendants and, more widely, of criminals. Aside from disappointment, the judicial apparatus seems best suited to eliciting deep apprehension. Such a feeling increases for as long as no other prospect emerges to temper that awareness. Pessimism reigns with a "bowed judiciary" called upon to remain on its knees until the early 20th century.


Histoire du droit
Zola, La Bête humaine et le fléau de la balance judiciaire
Sophie Delbrel

La Bête humaine, roman ferroviaire, est aussi un roman judiciaire. Les magistrats et leur entourage ne constituent que des personnages secondaires, mais leurs portraits, brossés avec soin, n’en composent pas moins un tableau saisissant de la justice de la fin du Second Empire. Zola en montre la caractéristique essentielle, à savoir la grande dépendance à l’égard du pouvoir politique. Ainsi, d’emblée, la balance judiciaire se trouve faussée. A travers cet aspect transparaît le problème du recrutement et de la carrière des magistrats, toutes questions non réglées par la IIIe République au moment où l’auteur écrit. Aussi l’institution judiciaire ne se trouve-t-elle pas en capacité de rendre véritablement la justice, à considérer celle-ci comme le résultat d’un traitement satisfaisant des accusés, et, plus largement, des criminels. Au-delà de la déception, l’appareil judiciaire semble surtout propre à susciter de l’appréhension. Un tel sentiment s’élève d’autant mieux qu’aucune perspective ne se dessine en vue de tempérer le constat. De fait, le pessimisme s’impose avec une magistrature courbée et appelée à le rester encore au début du XXe siècle.

back
top
 
   
All rights reserved © Montesquieu Law Review 2014-2015